• Erp batiment
  • Erp batiment
  • Erp batiment
  • Erp batiment
  • Erp batiment

Chantier test amiante, une opération délicate à confier à des experts


Qu’il s’agisse d’une opération de décontamination de l’amiante ou d’un chantier test pour mesurer le niveau d’empoussièrement d’un local, ceux-ci requièrent des démarches professionnelles et maîtrisées pour éviter tous risques d’intoxication ou d’exposition à ce produit dangereux. Pour cela, le recours à un professionnel comme Innax est recommandé.


Chantier test amiante : évaluation initiale des risques

Le chantier test entre dans le programme d’évaluation des risques pendant les travaux de retrait ou de confinage de matériaux amiantés (sous-section 3) et pendant les interventions impliquant la manipulation d’amiante (sous-section 4). Il faut pour cela définir les niveaux d’empoussièrement générés par les processus mis en œuvre.


À noter que cette évaluation doit être effectuée par un organisme ayant reçu l’accréditation du COFRAC. Le niveau de risque diffère suivant la nature du matériau, la nature de l’opération et les techniques de mise en œuvre et outillage utilisés au cours du processus de travail.


Pour chaque processus, les résultats de l’évaluation sont intégrés dans le document unique d’évaluation des risques.


La phase d’évaluation est suivie de la phase de validation. Celle-ci comporte 3 chantiers par processus répartis sur 12 mois.


Le choix des mesures de protection dépend du niveau d’empoussièrement. Outre les moyens de protection collective visant à éviter la dispersion des fibres d’amiante et de réduire au minimum la concentration en fibres (aspiration des poussières à la source, abattage des poussières, sédimentation en continu des fibres en suspension dans l’air, protection des surfaces ne pouvant être décontaminées), on doit également mettre en place des moyens de protection individuelle pour les opérateurs.


Dans une lettre publiée le 8 décembre 2016, la DGT (Direction Générale du Travail) a rappelé les conditions d’organisation des chantiers tests dans le cadre d’une opération de retrait et d’encapsulage de l’amiante en sous-section 3.


Ainsi, dans le cadre du premier chantier d’évaluation en SS3, l’entreprise est tenue de mesurer le niveau d’empoussièrement pour un processus donné à partir de la base Scolamiante ou d’autres sources reconnues. Le choix des équipements de protection individuelle et des moyens de protection collective dépendra des résultats de cette première estimation.


Puis, elle effectue les 3 chantiers de validation requis, dans un délai de 12 mois suivant la première évaluation, dans les mêmes conditions. La DGT suggère cependant à l’employeur d’installer, sans les mettre en œuvre, les MPC préalablement retenus lors de la première phase, de manière à pouvoir les déclencher au moment voulu, à titre de mesure corrective, dans le cas où le niveau d’empoussièrement obtenu se révélait finalement plus important par rapport au seuil de la source retenue pour le processus donné.


Faites appel à une entreprise spécialiste de la mesure d’empoussièrement

Proposant des services d’études, de diagnostics et de conseils pour des bâtiments sains et durables, INNAX peut réaliser l’évaluation du risque amiante pour tous travaux de retrait (sous-section 3) et d’interventions d’entretien ou de maintenance sur MCA (sous-section 4).


Certifiée par des organismes accrédités par le COFRAC et travaillant en toute indépendance, notre entreprise est en mesure de garantir la fiabilité des résultats de l’évaluation. Les opérations sont effectuées par des techniciens qualifiés, dotés d’équipements de protection individuels adaptés et d’outils de prélèvement performants. Le filtre est ensuite envoyé dans un laboratoire certifié pour analyse.


Outre l’évaluation des risques avant et pendant la phase des travaux, nous pouvons également intervenir pour assurer différents types de missions :


  • - surveillance de la concentration en fibres d’amiante dans les locaux en présence de MCA (air ambiant)

  • - surveillance périodique

  • - surveillance environnementale (locaux situés à proximité des travaux)

  • - prélèvement individuel sur salariés au cours des travaux pour contrôle de l’exposition du personnel aux fibres d’amiante et du respect de la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP)

  • - surveillance de la concentration en fibres d’amiante dans des locaux après le retrait des MCA (première restitution)

  • - surveillance du niveau d’empoussièrement après la fin des travaux de retrait et la dépose du dispositif du confinement (deuxième restitution)



Notre domaine d’activités inclut également l’établissement du DTA, le conseil en stratégie amiante, l’assistance à maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre amiante.