L’exposition durable et répétée au plomb peut avoir de graves conséquences sur la santé des personnes. Le risque est particulièrement élevé pour les professionnels chargés de la rénovation / réhabilitation ou de la démolition de bâtiments anciens. La présence de ce métal lourd entraîne diverses obligations pour le maître d’œuvre.

Les règles à suivre par le maître d’œuvre

La présence de plomb dans les bâtiments peut être fréquente, notamment dans les peintures. Aussi, des règles strictes encadrent tous travaux de rénovation ou de réhabilitation ainsi que de démolition de telles constructions. Le recours aux services d’un professionnel en déplombage est indispensable, ce dernier disposant des ressources humaines et matérielles nécessaires, en plus de la maîtrise des exigences réglementaires. Il peut notamment proposer une prise en charge complète depuis le diagnostic jusqu’à la remise du rapport après intervention.

Plusieurs précautions similaires à celles applicables aux activités de désamiantage doivent être respectées :

  • Avant toute intervention, un diagnostic de repérage plomb est indispensable. En juin 2021, l’AFNOR a publié la nouvelle norme NF X46-035 relative au repérage plomb avant travaux, rénovation ou démolition d’un immeuble bâti. Elle a pour objet de définir le contenu, la méthodologie et les modalités de réalisation des missions de repérage des revêtements, matériaux et produits de construction susceptibles de contenir du plomb.
  • Après avoir localisé et délimité les zones contaminées, et évalué les risques, l’entreprise définit la technique de retrait à mettre en œuvre, en privilégiant autant que possible celles qui ne produisent pas de poussière (utilisation de décapant chimique par exemple).
  • Si de telles méthodes ne sont pas appropriées pour le chantier et qu’il faut un ponçage, des systèmes d’aspiration ou d’humidification sont requis pour minimiser les dégagements de poussière.
  • Le mode opératoire doit être transmis et validé par les organismes de prévention.
  • Tout au long de l’intervention, la conformité avec le mode opératoire approuvé et les dispositions réglementaires sont régulièrement contrôlées.

Les dispositions spécifiques à la protection des intervenants

La sécurité des ouvriers représente un point clé de la maîtrise d’œuvre de déplombage. Afin de minimiser le risque d’intoxication, l’information et la formation préventive des salariés et artisans devant intervenir dans des travaux impliquant une exposition au plomb sont obligatoires. Durant ces séances, ils sont sensibilisés à l’importance du protocole sanitaire (lavage des mains, douche, changement de tenue) et du port de moyens de protection individuelle (EPI).

Lors de l’installation de chantiers à risque, les responsables sont tenus d’installer des équipements de protection collective (EPC), notamment des unités de décontamination comportant une douche. Ceux-ci complètent les masques, gants et éventuelles tenues spéciales imposées par le niveau de risques identifié. Pendant les travaux, des prélèvements visant à vérifier la plombémie (concentration de plomb dans le sang) sont réalisés sur les intervenants en collaboration avec le médecin du travail.

La gestion des déchets au plomb fait également l’objet de règles strictes. Le maitre d’œuvre doit prévoir leur conditionnement et leur enlèvement du chantier, puis établir un Bordereau de Suivi Des Déchets (BSDD). Enfin, un Rapport final d’intervention Plomb est remis au donneur d’ordre au moment de la réception du chantier.