Ces dernières années, la rétention ou fidélisation des salariés constitue un enjeu majeur pour les entreprises. Mais alors que beaucoup misaient sur les avantages sociaux innovants, la crise sanitaire a incité les employeurs et DRH à se focaliser sur les besoins réels de leurs collaborateurs et les problématiques apparues avec la pandémie. Plusieurs leviers peuvent être activés pour rétablir la confiance des équipes, maintenir leur motivation et leur productivité, et consolider le lien.

Accorder davantage d’autonomie

Les salariés, notamment les jeunes, revendiquent davantage d’autonomie dans l’exercice de leur activité. Accorder une plus grande marge de manœuvre dans la réalisation de leurs missions constitue ainsi une preuve de confiance et permet à chacun de se sentir important. En plus de motiver ses salariés, en libérant la créativité de tous, le lâcher-prise permet à l’entreprise de gagner en agilité.

Proposer des missions stimulantes

La fidélité des salariés passe aussi par un intérêt constamment renouvelé pour leur travail. Afin de stimuler leur esprit d’innovation et leur motivation, les managers doivent proposer des missions variées et des défis à relever. Ces derniers cherchent à connaître les attentes de leurs collaborateurs afin de leur confier de nouvelles responsabilités qui, loin de rebuter, suscitent l’enthousiasme.

Adopter de nouvelles approches managériales

Bien qu’ils souhaitent une plus grande liberté, les collaborateurs ne doivent pas être délaissés. Plus que jamais, les managers doivent faire preuve d’écoute et d’empathie pour apporter leur soutien autant que nécessaire.

Outre la coordination des activités et l’animation des équipes, ils doivent également définir des objectifs réalistes pour chacun de ses membres, et en assurer le suivi. Une telle démarche permet en effet d’apporter un accompagnement individualisé et d’aider le salarié à progresser.

Miser sur la formation

Les salariés modernes sont beaucoup plus « volatils » que leurs aînés, ce qui implique pour eux de développer continuellement leurs capacités et leur potentiel. Même si les entreprises « courent le risque » de les voir partir, elles doivent démontrer qu’elles investissent sur l’avenir et valorisent leurs performances et leur implication. Cette reconnaissance, ainsi que les nouvelles perspectives d’évolution ou de reconversion qui leur sont offertes, ne peuvent qu’accroître leur motivation et leur attachement à leur employeur.

En plus d’agir sur leur attractivité, les organisations qui misent sur la montée en compétence des salariés contribuent à améliorer leur compétitivité sur un marché en pleine mutation. Encore faut-il des formations adaptées à leurs besoins. De ce fait, il paraît judicieux de s’intéresser aux aspirations et au potentiel de chaque salarié et d’établir un plan de formation sur mesure.

Accompagner le télétravail

La crise a entraîné un autre changement de taille sur le marché de l’emploi : la généralisation du télétravail. Prises par surprise, la plupart des entreprises ont dû accélérer leur transition digitale afin de permettre à leurs collaborateurs de travailler à distance dans les meilleures conditions. Aujourd’hui, ce mode d’organisation est entré dans les mœurs et une majorité de salariés souhaitent poursuivre l’expérience, à temps partiel ou à temps plein.

Dès lors, pour les managers et les RH, proposer des solutions adaptées au télétravail devient un levier de fidélisation efficace des collaborateurs. La formation en fait partie, avec la forte demande enregistrée sur des thématiques telles que « Manager/Mieux vendre à distance », « Être efficace en télétravail », etc. Tout comme le travail, les formations se dématérialisent, pour un accès aisé à distance, offrant davantage de flexibilité aux collaborateurs.

Œuvrer pour le bien-être au travail

La rémunération n’est plus le seul facteur important pour les salariés. De plus en plus, d’autres paramètres influent sur leur épanouissement :

  • la qualité de l’environnement professionnel : aménagement des espaces, équipements performants, connexion internet puissante ;
  • une ambiance agréable entre collègues ;
  • des méthodes de travail et de management agiles ;
  • une organisation souple (possibilité de télétravail, horaires flexibles…) propice à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Mettre une politique RSE en place

Les nouvelles générations sont particulièrement attentives aux actions de leur entreprise dans le domaine de la RSE (responsabilité sociale et environnementale). Celle-ci doit s’impliquer et communiquer en interne comme en externe sur les efforts déployés pour la protection de l’environnement et autres sujets sociétaux. À l’employeur de créer une image de marque forte et engagée pour retenir ses talents et en attirer de nouveaux.